print.png

La chirurgie

Les cancers sont fréquemment traités par la chirurgie. Elle impose souvent d’enlever non seulement la tumeur ou l’organe atteint, mais aussi une marge de tissus sains autour de la tumeur et les ganglions voisins. Cette exérèse (ablation d’une tumeur) large, destinée à ne laisser aucune cellule cancéreuse, est la condition essentielle de la guérison.

Dans certains cas, la chirurgie peut être plus limitée et donc laisser moins de séquelles. La chirurgie reste la méthode qui, à elle seule ou en association avec d’autres traitements, est plus efficace pour traiter et guérir un grand nombre de cancers.

L’hormonothérapie

Il s’agit d’un traitement général qui a pour objectif de bloquer les hormones de l’organisme pour éviter qu’elles stimulent le cancer.

Les effets indésirables de l’hormonothérapie

  • des bouffées de chaleur peuvent apparaître,
  • une baisse de la libido,
  • une sécheresse vaginale,
  • parfois la prise de quelques kilos.

La curiethérapie

Il s’agit d’une technique d’irradiation qui utilise des implants radioactifs ciblant précisément la zone à irradier.

Les implants radioactifs sont posés sous anesthésie générale. Vous les gardez quelques jours et ils sont retirés en fin de traitement.

On distingue la curiethérapie interstitielle et la curiethérapie endocardite :

  • Curiethérapie interstitielle : il s’agit d’un implant de fils à l’intérieur des tissus, dans un tube en plastique qui est placé sous la peau. Le patient doit être isolé dans une chambre plombée pendant tout le traitement.
  • Curiethérapie endocardite : il s’agit de mettre une source radioactive dans les tumeurs dans les cavités naturelles (vagin, utérus, cavum). Cette technique provoque une grande irritation de la zone traitée, qui s’atténue après quelques semaines.

Les traitements combinés

En fonction de la localisation et du stade évolutif du cancer, diverses modalités de traitement peuvent être associées. Par exemple, la chirurgie peut être précédée par une radiothérapie (préopératoire) ou suivie par une radiothérapie (post-opératoire).

De même, une chimiothérapie peut suivre une opération (chimiothérapie adjuvante) ou la précéder (chimiothérapie néo-adjuvante).

Ces traitements combinés visent à diminuer les risques de récidive locale ou de métastase à distance, et donc à augmenter la durée de vie et les chances de guérison.

Soulager la douleur est une préoccupation constante des soignants, surtout en cancérologie.

Elle peut être en rapport avec le cancer lui-même dans certaines localisations ou à certains stades évolutifs ; mais elle peut aussi être en rapport avec les traitements : la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie.
C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à signaler toute douleur lors de votre prise en charge, que celle-ci soit liée à la maladie ou aux soins, qu’elle survienne pendant votre hospitalisation ou à domicile.

Il n’y a aucune justification médicale à la douleur et elle doit être combattue comme tous les autres signes d’une maladie.